LaMainVerte00a_
L'histoire se déroule en France dans un futur proche. Très proche. 201?.
La crise énergétique vient de frapper la planète.
Le président de la république, Nicolas Sarkozy, informe nos concitoyens que les stocks de pétrole restants seront désormais réservés aux forces de l'ordre, aux services d'urgence, à l'armée. Vive la République ! Vive la France !

Les prix flambent. Herbert Boris (pseudo à peine voilé), auteur de bandes dessinées, dont l'éditeur vient de mettre la clé sous la porte ("Fini la BD, les gens dépensent leurs sous dans des trucs utiles"), est activement encouragé par sa compagne, Alexandra, à trouver un travail.
Ce qui n'est pas facile lorsque la seule chose que l'on sait faire, c'est dessiner...
Alors qu'il a obtenu une aide de la Région pour devenir vélo-taxi indépendant, une rencontre avec une cliente qui lui propose de restaurer une fresque (je vous laisse découvrir de quoi il s'agit) lui permettra de se procurer de l'essence pour sa voiture.

Alexandra, dont le potager qu'elle a installé dans l'appartement dépérit, forcera la main -qu'il n'a pas "verte"- à Herbert pour qu'il aille trouver conseil auprès de son père, jardinier émérite.

LaMainVerte25_

Et voilà Herbert parti, en compagnie de son fils, pour un véritable "road BD" entre Bordeaux et Tours, au cours duquel, traversant la France profonde de la démerde, il fera quelques rencontres insolites et connaîtra les péripéties inérentes au genre...

LaMainVerte45_

Comment qualifier ce livre ?
Si la situation est en soi dramatique, son traitement tient plutôt de la comédie, parfois même de la farce : les situations sont drôles (l'entretien au "Pôle Emploi", par exemple), les morts de l'histoire prêtent à sourire, l'auteur propose même quelques fiches techniques et, au milieu du livre, un "Jeu de la main verte", sorte de jeu de l'oie auquel chacun pourra jouer en famille...
Pour cette histoire, le dessin de Bourhis, dont j'avais lu précédemment "Comix remix", une revisite du mythe des super-héros, semble s'être assoupli (dessin au pinceau ?) et fait la part belle aux couleurs aquarellisantes, le trait principal étant réalisé dans un ton sépia...
Pas ou peu de noir donc, malgré la noirceur du sujet. Ce qui ajoute à cette impression de comédie, même si elle reste "humaine".
Un livre qu'on lit avec plaisir, avant que ce futur annoncé ne nous rejoigne.

"La main verte" de Hervé Bourhis (Futuropolis) - Prix éditeur : 16 Euros

LaMainVerte00b_